Côtes de Bourg...La cote d'amour...Le slogan des années 80

est tellement d'actualité pour cette appellation située en face des prestigieuses de la rive gauche de l'estuaire de la Gironde.

 

 

            L'estuaire les sépare. Mais l'Histoire a choisi d'y implanter très tôt une vocation viticole dès le IIè siècle, période où les romains introduisent l'ancêtre du cabernet franc dans la région. Sa position, sur un axe maritime et fluvial entre la Gaule narbonnaise, Rome et les provinces britanniques,  favorise l'essor de la vigne. 

Ce pôle stratégique et plaque tournante des cargaisons de vin en route vers l'Angleterre des Plantagenêts et d'Aliénor d'Aquitaine donnent à Bourg son surnom de "première filleule de Bordeaux". L'expansion du vignoble continue du XVè au XVIIè siècle et les vins du Bourgeais acquièrent une grande notoriété.

 

          Le nom de Côtes de Bourg fait référence à la notion de coteaux. Ils constituent une entité géographique qui couvre quelques 3850 hectares plantés en cépages rouges et 25 hectares en cépages blancs. Ce sont aussi les caractéristiques des sols qui participent à la qualité des vins.

L'assemblage de types de sols (limons quaternaires, graves argileuses et argilo-calcaire) constitue un "macroterroir" propre à l'appellation.

         A Saint Trojan, point culminant à 93 mètres, les limons hydro-éoliens (panachés de graves sablo-argileuses) offrent leurs spécificités au cépage merlot et particulièrement au malbec, cépage de l'identité historique de l'appellation.

La sensibilité à la coulure du malbec ou ses rendements pléthoriques en font un cépage capricieux, mais toujours très colorant  ; d'où le nom donné par les anciens de "teinturin".

Pour ces raisons, il a été largement délaissé depuis les années 1970 suplanté par le merlot.

Les années 2000 ont vu son retour dans l'encépagement des parcelles. Les vins issus de son assemblage  avec le merlot s'enrichissent de notes minérales poivrées avec les petites touches de zen qui lui sont propres.

 

                Le terroir est l'expression de climat, de sol et de cépages. Roger Dion en 1959 parlait du déterminisme géologique en ces termes : "le rôle du terrain dans l'élaboration d'un grand cru ne va guère au delà de celui de la matière dans l'élaboration d'une oeuvre d'art. Il n'y a pas moins d'excès à définir les grands crus bordelais comme une conséquence de la présence de la terre de grave qu'il n'y en aurait à représenter l'art ogival comme un don du calcaire lutétien."

 

  • Google Clean
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean
NOUS TROUVER

Situation géographique, téléphone,

email.

VINS

Découvrez notre gamme de produits élaborée au domaine.

Achat en ligne

LE DOMAINE

L'histoire du domaine,  expression du terroir

CHAMBRES D'HÔTES

Un moment de calme à 30 minutes de Bordeaux...